AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Nous vous invitons à aller visiter le site d'Ana Lei : Voca-Zero

Partagez | .
 

 Solitudes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Naokii
Membre
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 20
Localisation : Neverland

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 12 Aoû - 18:31

C'est trop bieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeng!!!!!!! *0*


A quoi bon essayer de me faire vainement rentrer dans un moule qui n'est pas le mien?
Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://humanoiddolls.blogspot.com/
Ana Lei
Modératrice
avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Solitudes   Dim 17 Aoû - 21:03

Bon, puisque vous avez été patients, voilà la suite !!!!!  


Orion regarda le miroir. Il entendit les voix qui l’appelaient. Il avait appris à ne pas les écouter, pourtant il leva la tête lorsqu’il saisit quelques mots.

– Elle t’attend… elle chante toujours, la poupée en noir et blanc…

Le loup retenait son souffle. Il avait compris, il n’avait plus le choix. Orion se leva et regarda une dernière fois le miroir et descendit l’échelle puis courut dans le couloir de son manoir et sortit. Il laissa le vent qui agitait les rosiers se glisser dans sa demeure, haussa les épaules et reprit le même chemin que quelques jours auparavant. Il traversa la forêt, passa dans le champ où se trouvait l’épouvantail et continua jusqu'au village.

Il mit sa capuche et regarda les enfants qui jouaient sur la grande place. Il chercha des yeux la boutique du chocolatier et laissa échapper un soupir.

Lorsqu’il arriva devant la porte, il la poussa et fit tinter le carillon à l’entrée. Deux petites filles chuchotaient entre elles afin de choisir les bonbons dont elles avaient envie.

Un homme, derrière le comptoir, souriait attendri par l’attitude des fillettes. Lorsqu’il releva la tête, son sourire s’évanouit.

Le loup le regardait, il attendait.

– Mes petites, pourriez-vous revenir plus tard, il faut que je ferme la boutique, murmura le père de Minuit d’une voix tremblante.

Les deux enfants échangèrent un regard et sortirent du magasin. L’homme s’approcha de la porte, tourna la clé et ferma les rideaux après avoir retourné la pancarte à l’entrée pour indiquer « Fermé ».

Orion retira sa capuche et pivota vers lui. Son regard était sombre et le chocolatier frissonna.

– Croyez-le ou non, mais j’ai besoin de vous… soupira le solitaire.
– Qu’as-tu fait de ma fille ? s’écria le père.
– Elle… elle a traversé le miroir…

le visage du chocolatier devint pâle, il ferma les yeux. Il savait ce que cela signifiait.

– Je ne peux rien faire…
– Alors vous allez laisser tous vos enfants se perdre de l’autre côté ! s’indigna Orion. Vous avez déjà perdu votre fils là-bas ! Vous vous moquez donc du sort de Minuit ?
– Je t’interdis de dire ça ! Ma fille était la chose la plus précieuse que j’avais !

Le loup le regarda fixement, les yeux pleins d’éclairs.

– Pour moi, elle était très importante, pas pour vous ! Elle est partie depuis longtemps et vous semblez aller bien, comme si son départ vous importait peu… Elle a disparu depuis deux jours et je ne vis plus ! Je suis même venu vous demander votre aide alors que j’avais juré que je ne vous reverrais jamais ! J’ai mis de côté la promesse que je lui ai faite pour la ramener ! Si je la perds, je vous tuerai !

Cette dernière phrase claqua dans le silence et le chocolatier releva la tête.

***
Assis autour d’un feu, la troupe du cirque chuchotait au beau milieu de la nuit. La poupée, à genoux entre Dawn et Jo, regardait ses mains qui se resserrèrent sur l’étoffe de sa robe.

– Demain soir, murmura Bird, dans elle éteindra les lumières…

Ses amis la regardèrent longuement, ils savaient qu’ils n’avaient pratiquement aucune chance de réussir l’évasion de Minuit. Elle avait besoin d’aide, mais dans un monde où la nuit était éternelle, où les enfants étaient des ombres capables de leur faire du mal, il était difficile de savoir si leur plan allait fonctionner.

– On n’aura qu’une seule chance… chuchota Minuit.

Jo se tourna vers elle et lui sourit. Il posa une main sur la sienne et soupira.

– Ne t’en fais pas. Il faut de toute façon qu’on essaye.

Minuit releva la tête et tenta de sourire, en vain… Elle ne savait pas ce qui leur arriverait s’ils étaient pris en train de fuir, mais elle était sûre d’une chose, il ne fallait pas que cela se produise. La poupée avait trouvé des amis qui l’aideraient à retourner dans son monde et elle leur faisait totalement confiance.

– Chut !! Elle arrive…

Soren se précipita sur le feu pour l’éteindre avec un seau de sable et fit signe aux autres d’aller se cacher. Dawn tira sa sœur par le bras et l’entraîna derrière un lourd rideau pour que la femme rousse qui venait d’entrer ne les voit pas. Seule Bird n’avait pas eu le temps de partir. Face à la directrice du cirque, elle essayait de garder une attitude détendue comme pour tenter de cacher quelque chose.

L’autre regarda autour d’elle et fronça les sourcils. Elle n’arrivait pas à comprendre ce que la jeune fille faisait plantée là sans rien dire. Minuit, cachée avec son frère avait cessé de respirer de peur que le rideau ne se soulève légèrement à cause de son souffle. Le clown la regarda et serra sa main plus fort dans la sienne.

– Pourrai-je savoir ce que tu fais là, toi ? demanda sévèrement la femme en noir.
– Je… cherchais mes chaussettes, balbutia la trapéziste en détournant les yeux.

Elle brandit les bas rayés, comme pour prouver la véracité de ses propos. L’adulte haussa les épaules et lui tourna le dos en lui demandant d’aller se coucher. Bird la suivit et souffla l’unique bougie qui éclairait l’endroit.

Minuit poussa un soupir pratiquement inaudible et essaya de distinguer son frère dans l’obscurité. Toujours dans le noir, ils sortirent discrètement de la pièce et allèrent rejoindre les autres. Une ombre se faufila devant eux et la poupée retint un cri.

– Tu ne vas pas avoir peur à chaque fois que tu vas me voir j’espère ? fit une douce voix dans la pénombre.
– Jo, où est-elle allée ?
– Dans la forêt…
– Je crois qu’on devrait en profiter, répondit Dawn sur un ton grave. Va chercher les autres, Minuit s’enfuira cette nuit.
– Mais… protesta la poupée
– On ne discute pas ! C’est le bon moment.

La jeune fille baissa la tête et le garçon qui ressemblait à un épouvantail courut prévenir les membres de la troupe que le plan avait changé. Dawn s’approcha de sa sœur et la prit dans ses bras. Il venait de la retrouver mais il fallait qu’elle s’en aille, sa place n’était pas ici et il le savait. Il aurait été prêt à tout pour la retenir mais il n’en avait pas le droit.

Soren s’approcha d’eux et sourit tristement. À ses côtés, Bird les regardait les larmes aux yeux. Les adieux seraient difficiles mais le moment était arrivé. Une petite fille attira alors l’attention de Minuit en tirant sur sa manche.

– Merci madame…

Une rue étroite, une nuit étoilée, une enfant qui pleurait…

– J’ai perdu ma maman…
– Comment tu t’appelles ?

Minuit n’avait jamais su son nom. Mais elle ne l’avait jamais oubliée. Elle se souvenait très bien du désespoir de cette petite qu’elle avait aidée.

– Comment tu t’appelles ? demanda doucement la poupée en reformulant la question qu’elle lui avait posée il y avait longtemps.
– Lucy… murmura l’enfant en s’approchant d’elle pour le lui chuchoter à l’oreille.

La jeune fille se redressa et posa délicatement une main sur l’épaule de celle qui venait de lui dire son nom. Elle regarda ses amis et soupira.

– Je suis prête…

***
Deux ombres avançaient à travers le champ où veillait, immobile, l’épouvantail. Le garçon à la capuche marchait d’un pas décidé et l’homme derrière lui s’était mis à courir. Une pluie glaciale avait commencé à tomber en même temps que la nuit et les deux voyageurs étaient maintenant trempés.

Ils s’enfoncèrent dans la forêt et arrivèrent devant les grilles d’une grande demeure. Ils pourraient bientôt aller chercher Minuit et, à cette idée, le loup accéléra le pas, distançant un peu plus le chocolatier qui avait du mal à suivre.

Il ouvrit grand la porte du manoir en faisant claquer le marteau sous le choc produit par la rencontre du bois avec le mur de briques. Orion monta quatre à quatre les escaliers et parvint, hors d’haleine devant l’échelle qui menait au grenier. Son but n’était plus très loin, juste à quelques mètres… Un pas…

Le loup s’arrêta à quelques centimètres du miroir qui ne montrait pas son reflet. Une main se posa sur son épaule et il se retourna pour voir que le père de Minuit le regardait, anxieux. Il afficha un sourire confiant et fit de nouveau face à l’objet magique.

Après une profonde inspiration, il ferma les yeux et tendit ses doigts tremblants devant lui.

***
Dans la nuit, un petit groupe avançait silencieusement. Un garçon étrange tenait à bout de bras une lanterne dont il essayait d’atténuer la lumière en mettant sa main devant. Il était en quelque sorte le guide.

– Jo ? chuchota une voix derrière lui, es-tu sûr que c’est le bon chemin ?

L’adolescent hocha la tête et poursuivit sa route. Dawn, toujours près de Minuit, n’avait pu s’empêcher de lui prendre la main. Elle n’avait rien dit. Elle aussi voulait sentir sa présence près d’elle.

Le garçon à la lanterne s’était arrêté. Baissant la lumière, il murmurait des mots qu’aucun ne comprit. Soudain, quelque chose commença à briller dans le noir, quelque chose de la taille d’un homme, quelque chose de beau…

– Je crois que c’est là que nos chemins se séparent, laissa échapper Soren, des larmes dévalant maintenant ses joues.
– Viens avec moi, supplia la poupée en se tournant vers son frère, je t’en prie…

Sa voix s’éteignit lorsqu’elle plongea son regard dans celui de Dawn. Tout ce qu’elle y vit, fut du regret… Avait-elle le droit de lui demander cela, ou était-ce égoïste de sa part ? Elle refusait de croire qu’elle ne le reverrait jamais…

– Minuit, le portail ne restera pas éternellement ouvert…

La jeune fille fit quelques pas en direction du miroir en regardant tristement son frère qui refusait de partir avec elle.

– Dawn, je ne pars pas sans toi… laissa-t-elle échapper. Je t’en prie, traverse avec moi…
– Il ne traversera pas et toi non plus ! cria une voix dans la nuit.

La femme rousse s’avança dans la lumière et jeta un regard noir à Minuit qui détourna les yeux. Sa main se leva pour gifler la jeune fille qui ne bougea pas. Devant son attitude, elle arrêta son geste et pencha la tête.

Elle claqua des doigts et la porte se ferma. Jo les regardait mais il ne pouvait rien faire. Il savait qu’elle l’avait bloquée et il était dans l’incapacité d’aider son amie.

– Quel dommage… murmura la femme avec une mine désabusée.
– Laissez-moi partir !
– Tu n’as pas à me parler sur ce ton, petite insolente ! s’indigna la femme rousse en levant de nouveau sa main.

Minuit ferma les yeux. À travers ses paupières closes, elle distingua de la lumière mais n’y prêta pas attention. Elle attendit le coup qui ne vint pas… Elle entendit les autres chuchoter mais elle ne savait ce qu’il s’était passé.

Elle regarda finalement autour d’elle et plissa les yeux, éblouie par la vive lueur. Le miroir s’était rouvert et deux silhouettes étaient apparues dans le portail. Son cœur se souleva et la jeune fille sentit des larmes couler sur ses joues.

– Orion…

Elle avait murmuré son nom, oubliant tout le reste. Il était venu la chercher alors qu’elle n’y croyait plus. Le loup la regarda et s’approcha d’elle. Il essuya les gouttes salées sur le visage de celle qu’il cherchait depuis des jours.

– Je t’avais promis que je ne te laisserais jamais seule.
– Pourquoi as-tu été si long…

Le solitaire poussa un soupir et pris la poupée dans ses bras. Il glissa une main dans sa nuque en laissant ses doigts démêler les cheveux de la jeune fille. Il aurait aimé être la plus tôt mais il avait eu peur de traverser, surtout en étant seul.

Le frère de Minuit s’approcha et le regarda. Orion sourit et lui fit un signe. Un signe dont seul le clown connaissait la signification.

Un enfant qui pleurait, un petit garçon dans une cage, le regard d’un loup… Un rire, une amitié naissante…

– Pourquoi es-tu enfermé dans cette cage ?

Le solitaire n’avait pas répondu et s’était mis à chanter…

Une nuit éternelle, un cirque, des enfants... une femme… un cri…

– Maman arrête !!! s’était écrié le petit clown.
– Dawn ! Va-t’en !

La femme rousse tira de nouveau sur la chaîne qui retenait l’enfant loup. Elle s’enfonça dans sa peau et il se mit à hurler. Son ami le regardait, impuissant. Il avait de nouveau essayé de s’échapper et elle avait décidé de le punir pour ça.

Le prisonnier s’était mis en colère. Tirant de toutes ses forces, il arracha les liens qui le retenaient et lança un regard sauvage à sa tortionnaire. Il avança vers elle les yeux pleins de rage. Au moment où il levait la main pour se venger, le petit garçon s’interposa entre la bête et sa mère.

Un nouveau cri perça le silence et des sanglots se firent entendre. Cachant son œil gauche, Dawn attrapa son ami par le bras.

Deux enfants couraient dans les bois. Sans lumière, au rythme des battements effrénés de leurs cœurs. Le petit clown s’approcha d’un objet étrange posé contre le tronc d’un arbre et en effleura la surface. Une vive lumière apparue et le garçon poussa son ami vers lui. Le loup se retourna et sourit tristement à celui qui venait de lui sauver la vie.


Avant de traverser, il lui fit un signe et Dawn acquiesça. Ce signe, il le savait n’était pas un adieu mais une façon pour le solitaire de le remercier…

Il n’avait jamais oublié ce qu’il avait fait pour lui…

– Dépêchez-vous de partir maintenant il n’y a plus une seconde à perdre... murmura le garçon au cache œil.

L’homme qui avait franchi le miroir avec Orion hocha la tête et posa se mains sur les épaules de Minuit qui se retourna. Ses yeux rencontrèrent ceux de son père. Pourquoi était-il là ?

– Papa ?

Un rire naquit dans l’obscurité. Un rire rauque et presque inhumain qui fit frissonner toutes les personnes capables de l’entendre. Jo tourna de nouveau la tête vers la femme rousse qui avait fait quelques pas en arrière lorsque le miroir s’était de nouveau ouvert.

Elle riait désormais à gorge déployée, les yeux remplis d’ombres…


Grave au plus profond de mon âme, la douleur de vivre qui aura été la mienne jusqu’à la fin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukameg
Modératrice générale
avatar

Messages : 506
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 56
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine

MessageSujet: Re: Solitudes   Lun 18 Aoû - 7:04

Eh, tu ne vas pas t'en sortir comme ça   reviens ici et mets-nous la suite   


Ce que l'on a perdu une fois est perdu à jamais.
Telle est la règle, il n'y a aucune exception.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayikami
Membre
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 20
Localisation : Quelque part dans un endroit fermé à clé...

MessageSujet: Re: Solitudes   Lun 18 Aoû - 14:11

Argh !!!! *ne peut pas attendre la suite*   Sinon, super histoire, bien écrite, comme d'hab venant de toi... Cela ne pouvait qu'être magnifique  


"Mon miroir est mon meilleur ami car lorsque je pleure, il ne sourit jamais... - Charlie Chaplin"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana Lei
Modératrice
avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Solitudes   Lun 18 Aoû - 20:08

Je vais voir quand je mettrai là suite mais il va falloir être patients  


Grave au plus profond de mon âme, la douleur de vivre qui aura été la mienne jusqu’à la fin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naokii
Membre
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 20
Localisation : Neverland

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 19 Aoû - 12:08

Mais... Mais... POURQUOI EST-CE QUE TU T'ARRÊTES MAINTENANT????!!!!!!! Hum... Pardon. C'est... comment dire... TROP SUPER GIGA BIIIIIIIIIIIIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEN!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!! La suite?  


A quoi bon essayer de me faire vainement rentrer dans un moule qui n'est pas le mien?
Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://humanoiddolls.blogspot.com/
Ana Lei
Modératrice
avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 19 Aoû - 19:56

Comme la prochaine partie c'est la fin, il va falloir être courageux, mais je la mettrai la semaine prochaine  

PS prévoyez les moucchhhhoooiiirrsss !!!!!!!


Grave au plus profond de mon âme, la douleur de vivre qui aura été la mienne jusqu’à la fin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A World of my Own
Membre
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 19
Localisation : ...

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 19 Aoû - 20:31

Trop bien !! Bon, la fin est tellement chargée de suspense que s'en est sadique, mais je m'y attendais.
Et puis, surtout...*roulement de tambours avant la phrase lourde de sous-entendus* j'adore Lucy !  
Attends... tu as dit... la... fin ?   Alors là en termes de sadisme, tu atteins des sommets   je vais pas pleurer non je ne vais pas pleurer...



Écrire, c'est une façon de parler sans être interrompu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana Lei
Modératrice
avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 26 Aoû - 7:33

Et oui, la fin... pour cette version  mais lorsqu'elle sera totalement terminée, je mettrai un PDF dans le premier poste avec l'histoire entière, donc plus longue et j'espère aussi intéressante...

Voici la dernière partie...  


Le chocolatier ne put s’empêcher de frémir. Il s’approcha de sa fille et la regarda, l’air inquiet. Orion ne comprenait pas ce qu’il se passait et avait peur de l’expression qui s’était peinte sur le visage de la femme rousse. Dawn posa ses mains sur les oreilles de sa sœur qui sursauta.

Sa mère s’était mise à chanter et il connaissait les pouvoir de quelqu’un, ensorcelé par un cauchemar… Il avait compris que la femme qui l’avait vue naître n’était plus la même depuis longtemps et il savait qu’elle avait, avant de venir dans ce monde, juré qu’elle s’acharnerait à détruire de ce que son mari avait créé…

Le clown savait que la poupée était en danger et il ne laisserait rien lui arriver. Mais celle-ci s’échappa de ses bras et avança vers la femme rousse… L’ombre derrière elle tendit une main aux longs doigts fins recouverts par un gant noir. Minuit baissa les yeux et glissa sa main dans la sienne…

Le chocolatier cria mais il était trop tard…

– Minuit !! hurla le loup en se précipitant vers elle avant qu’elle ne tombe.

Il la prit tendrement dans ses bras et chercha son regard. Les yeux de la jeune fille étaient comme vides et avaient perdu leur éclat. Elle essayait désespérément de s’accrocher à lui mais elle savait que c’était trop tard. Elle sentait l’ombre l’envahir, elle avait froid…

– Orion…J’ai peur… Il fait trop noir…
– Reste avec moi…

La poupée laissa couler une dernière larme qui glissa sur sa joue pâle avant d’aller se perdre dans sa nuque. Et quelque chose se brisa en elle… Son mécanisme s’arrêta et elle ferma les yeux…

– NON !!!!!

Les rires s’étaient arrêtés et la femme avait pâli… Des ombres avançaient vers elle, des enfants perdus… Leurs petites mains s’accrochèrent à ses vêtements et elle se mit à crier. Cependant, sa plainte fut étouffée lorsqu’ils l’emportèrent dans la forêt silencieuse…

Dawn s’agenouilla auprès de sa sœur et caressa ses cheveux avec l’espoir que tout n’était pas fini. Mais il devait se rendre à l’évidence…

– C’est trop tard… murmura le chocolatier dans leur dos.
– Trop tard n’existe pas !! s’écria Orion en se relevant, je refuse de croire qu’il n’y a aucun moyen de…
– Si, il y en a bien un, mais ce sera impossible…

Les mots de l’homme n’avaient été que chuchotement mais le loup les avait entendus. Il aurait été prêt à faire n’importe quoi pour celle qu’il aimait, n’importe quoi…

Le chocolatier d’approcha de sa fille et sourit tristement.

– C’est l’automne, n’est-ce pas ?
– En effet. Tu te souviens de ce que je t’avais promis, il y a quelques années ?
– Oui…
– Eh bien, il est temps…


Des larmes inondèrent alors son visage. Les larmes d’un père.

Doucement, il entreprit de défaire le corset de sa fille mais fut arrêté par le solitaire qui posa une main sur son bras. Les sourcils froncés, il n’eut pas besoin de poser la moindre question.

– Il faut que je jette un œil à son mécanisme pour savoir ce qui est endommagé. Je pourrais savoir si je suis capable de la réparer mais si je sais qu’il y a peu de chance d’y arriver…

Le loup hocha la tête et se chargea lui-même de délacer le vêtement. Luttant contre les larmes, ses mains tremblantes desserrant maladroitement les liens, il parvint finalement à enlever le corset qui ceignait la taille de la jeune fille. Toujours aussi délicatement, il déboutonna légèrement la chemise qu’elle portait.

Le chocolatier prit sa fille dans ses bras et repoussa les quelques mèches qui tombaient dans son dos. Il glissa une main dans sa nuque et ferma les yeux. Un déclic se fit entendre et une pièce se mit en mouvement sur sa peau. Laissant apparaître les rouages cachés dans son corps. Le morceau de porcelaine sembla s’enfoncer avant de disparaître.

À travers l’ouverture, l’homme distingua le cœur de Minuit. C’était une pierre d’un rouge flamboyant, une pierre finement polie qui reposait dans le corps d’une poupée endormie…

– Qu’est-ce que… laissa échapper Orion en tenant la main de la jeune fille.
– Ceci, répondit le chocolatier, est la pierre philosophale…
– Je croyais que ce n’était qu’une légende, murmura Dawn en regardant son père.
– Un jour, j’ai rencontré un loup, commença-t-il en regardant Orion, et puis mon chemin a croisé celui d’un homme…

Le garçon l'avait regardé partir et il avait poussé un soupir. Continuant sa route, le voyageur s’était arrêté dans une taverne. Le bar était quasiment désert à l’exception d’un homme, assis à une table et de deux ou trois femmes sur des tabourets en grande discussion avec un serveur.

Commandant juste un verre, l’homme s’était approché de la table déjà occupée et avait demandé aimablement à l’inconnu s’il pouvait s’asseoir. L’autre avait acquiescé et lui avait souri tristement.

– Mon ami, je crois que personne ne mérite de rester seul, murmura ce dernier. Vous l’êtes aussi n’est-ce pas ?
– Oui, j’ai perdu ma femme et mon fils. Je sais que jamais je ne les reverrai…
– Oh…je vous comprends je suis aussi veuf vous savez… Depuis bien longtemps déjà et je crois que c’est bientôt la fin pour moi aussi… Je suis fatigué…
– Vous parlez avec les mots d’un vieillard mais vous paraissez si jeune pourtant…

L’inconnu lui avait souri de nouveau et fait glisser sur la table un petit carnet et une bourse. Il s'était levé et avait jeté un dernier regard vers l’homme avant de quitter la taverne. Le voyageur était resté assis là pendant des heures pensant qu’il reviendrait. Mais ce ne fut pas le cas. Le voyageur avait donc pris le livre ainsi que le tout petit sac et s'était levé. Il avait mis les objets dans sa besace et était sorti…

« Les anciennes recherches alchimiques avaient pour objet de fabriquer la Pierre philosophale, une substance légendaire dotée de pouvoirs étonnants. Cette Pierre a en effet la propriété de transformer n'importe quel métal en or pur. Elle produit également l'élixir de longue vie qui rend immortel celui qui le boit. »

Une pierre rouge, plus pure qu’un rubis… Des pages couvertes de dessins étranges et de symboles… Des textes entiers rédigés en latin… Une signature écrite à l’encre noire…

Flamel…

Un homme, seul dans un atelier, avait entrepris de glisser un moule dans un vieux four où l’on soufflait autrefois le verre. Essuyant la sueur de son front, il avait souri en lissant la porcelaine. Un carnet était posé sur la table avec deux saphirs et une pierre rouge comme le sang. La lueur des flammes faisant ressortir leur beauté et la blancheur du corps qui naissait peu à peu…

La pierre mise en place, le mécanisme s’était enclenché et la poupée avait ouvert les yeux…


Dans la nuit, le récit se répercuta dans le silence et le loup releva la tête vers le ciel. Il avait compris que c’était cette pierre qui avait permis à Minuit de vivre et que maintenant qu’elle était brisée plus jamais il ne pourrait sentir son cœur battre.

– Il n’y avait qu’une seule pierre…
– Non… murmura le solitaire en sentant l’espoir revenir.

Il prit Minuit dans ses bras et la porta jusqu’au miroir. Il souffla sur sa surface et le portail s’ouvrit. Il regarda les autres et sourit avant de traverser. Dawn regarda son père et ils coururent vers la porte lumineuse. La franchissant un à un, les autres les suivirent.

Le loup descendait les marches couvertes d’un épais tapis rouge. Il savait qu’il pouvait la ramener, il en avait les moyens il fallait que ça fonctionne.

Il s’arrêtera devant la grande porte de son manoir et sentit son cœur battre pus fort dans sa poitrine. Le clown qui le suivait de près lui ouvrit le passage et Orion franchi le seuil avec la poupée endormie dans ses bras.

Il avança sur le chemin bordé de roses et, délicatement, déposa Minuit contre le tronc d’un grand chêne. Il se releva et les yeux émeraude cherchèrent les fleurs les plus belles. Il s’approcha et entreprit de creuser au pied du buisson épineux. Les mains pleines de terre touchèrent alors un objet dur et froid. Le loup sortit la petite boîte et l’ouvrit en souriant. Il regarda la pierre rougeoyante et versa une larme. Il rejoignit la jeune fille et s’agenouilla auprès d’elle.

Tremblant, il retira le rubis fendu et le remplaça par la pierre qu’il avait sortie de la boîte. Orion glissa alors sa main dans la nuque de la jeune fille et chercha le verrou. Un nouveau déclic se fit entendre et la pièce de porcelaine se remit en place.

Le jeune homme s’écarta et regarda Minuit. Mais rien ne se passa.

Son sourire se figea et il baissa la tête. Il n’avait pas pu la sauver, mais pourquoi… La pierre possédait pourtant les mêmes pouvoirs que la première. C’était grâce à elle que ses rosiers fleurissaient même en hiver…

La seule qui avait réussi à aimer la bête qu’il était reposait désormais contre un vieux chêne, dans la neige comme une fleur à la beauté gelée… Il resta là… Il avait froid et il se sentait terriblement seul…

Lucie s’approcha de lui et glissa sa petite main dans la sienne. Lorsque le loup la regarda, l’enfant souriait… Des ombres avançaient vers eux… Des enfants perdus. Ils formèrent une ronde autour du grand arbre en chantant très bas. Orion fronça les sourcils et poussa un soupir.

Minuit était-elle condamnée à devenir une enfant perdue elle aussi ? Tout cela était trop injuste…

– Qu’avez-vous fait avant qu’elle ne s’éveille ? demanda innocemment la petite fille en se tournant vers le père de la poupée.
– Je… balbutia le chocolatier… Je lui ai raconté une histoire…
– Il suffit juste d’un peu de magie…murmura alors l’enfant en se joignant à la ronde.

Elle riait, elle riait et le cœur du solitaire rata un battement en comprenant qu’il y avait peut-être encore une chance… Une dernière chance…

Il était une fois…
***
Un petit garçon se frotta alors les yeux en souriant. Sa sœur lui tenait la main en regardant la belle dame assise dans un grand fauteuil… Un jeune homme au regard émeraude se tenait à ses côtés en les observant. Un clown, assis parmi eux, écoutait toujours le récit avec attention alors qu’une jeune fille avec des rubans dans les cheveux, caressait doucement le visage d’un enfant.

Un autre était assis sur les genoux d’un homme qui lui tendit un chocolat. Celui-ci releva la tête et posa son bras sur une pile de livres… Éclairés par la seule lumière d’une bougie, une dizaine d’enfants imaginaient ainsi la belle histoire que leur contait la belle poupée en noir et blanc…

– Elle s’est réveillé alors ? demanda timidement l’un d’eux.
– Bien sûr… Elle vous racontera d’autres histoires…

Ils se levèrent alors, les yeux pleins de sommeil et sortirent un à un de la petite chambre. Le loup regarda tendrement la poupée et s’approcha d’elle.

– Quelle était l’histoire que les enfants lui ont racontée pour qu’elle se réveille ? murmura une petite fille près de la porte.
– C’est un secret, répondit le jeune homme en se tournant vers elle en posant un doigt sur ses lèvres…

La petite sourit et passa la porte en soupirant…

– Minuit, chuchota Orion en lui caressant les cheveux, je ne sais pas ce que je serai devenu si je t’avais perdu ce jour-là…

La jeune fille déposa un tendre baiser sur ses lèvres avant de s’écarter de lui et de s’approcher de la grande fenêtre encadrée par d’épais rideaux rouges. La lune éclaira alors son visage de porcelaine et son sourire naquit… Le premier… Et il était destiné à la personne qu’elle aimait le plus au monde.

Lorsqu’elle avait rouvert les paupières, entourée des enfants, la première chose qu’elle avait vue était ses yeux… Les ombres étaient redevenues ce qu’elles étaient avant de se mettre à errer de l’autre côté du miroir et ils avaient ensemble détruit le seul portail qui permettait de s’y rendre.

Ils avaient recueilli tous les enfants perdus au manoir ainsi que les membres de la troupe. Ils étaient tous libres désormais …

La poupée au cœur immortel souriait au loup qui la prit dans ses bras avec la certitude que leur amour n’aurait jamais de…

FIN…


Grave au plus profond de mon âme, la douleur de vivre qui aura été la mienne jusqu’à la fin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ayikami
Membre
avatar

Messages : 116
Date d'inscription : 24/08/2013
Age : 20
Localisation : Quelque part dans un endroit fermé à clé...

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 26 Aoû - 10:22

Wow ! Clap ! J'ai dévoré cette dernière partie !! J'ai hâte de lire l'histoire terminée


"Mon miroir est mon meilleur ami car lorsque je pleure, il ne sourit jamais... - Charlie Chaplin"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana Lei
Modératrice
avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 26 Aoû - 10:58

Effectivement je suis contente de vous annoncer que dans la version finale il y aura les scènes coupées de cette histoire qui en deviendra plus poétique !!!!!


Grave au plus profond de mon âme, la douleur de vivre qui aura été la mienne jusqu’à la fin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A World of my Own
Membre
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 19
Localisation : ...

MessageSujet: Re: Solitudes   Mar 26 Aoû - 18:19

Magnifique !! J'ai hâte de voir la version finale...



Écrire, c'est une façon de parler sans être interrompu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ana Lei
Modératrice
avatar

Messages : 487
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 20

MessageSujet: Re: Solitudes   Ven 29 Aoû - 11:45

Alors pour vous tenir au courant, je viens de revoir le chapitre 1 et oui, c est long alors a ce rythme, je pense que vous aurez l'histoire pour les vacances d' Halloween ou de Noël. Cela dépendra de mon temps libre, en effet c est bientôt la rentrée ! Je pourrai de toutes façons vous donner des nouvelles et j espère que la version finale avec un nouveau titre : Coeur de loup, vous plaira...


Grave au plus profond de mon âme, la douleur de vivre qui aura été la mienne jusqu’à la fin.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
A World of my Own
Membre
avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 25/06/2014
Age : 19
Localisation : ...

MessageSujet: Re: Solitudes   Sam 30 Aoû - 1:05

Suis-je la seule à trépigner d'impatience ?



Écrire, c'est une façon de parler sans être interrompu...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lukameg
Modératrice générale
avatar

Messages : 506
Date d'inscription : 22/08/2013
Age : 56
Localisation : Dans les bras de mon Capitaine

MessageSujet: Re: Solitudes   Sam 30 Aoû - 8:59

Certes pas, mais j'ai un coup d'avance sur toi


Ce que l'on a perdu une fois est perdu à jamais.
Telle est la règle, il n'y a aucune exception.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naokii
Membre
avatar

Messages : 40
Date d'inscription : 09/01/2014
Age : 20
Localisation : Neverland

MessageSujet: Re: Solitudes   Lun 8 Sep - 15:59

C'EST TROOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOP BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEN!!!!!!!


A quoi bon essayer de me faire vainement rentrer dans un moule qui n'est pas le mien?
Pourquoi un corbeau ressemble à un bureau?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://humanoiddolls.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Solitudes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Solitudes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» [Proal, Jean] Montagne aux solitudes
» Visages de l'aventure (Dumas)
» Comme les yeux levés au ciel des solitudes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
De l'encre à la plume :: Histoires et écrits divers :: Originales-